D’autres événements littéraires que les auteurs devraient connaître (suite)

D’autres événements littéraires que les auteurs devraient connaître (suite)

En juillet dernier, j’ai décidé d’écrire un billet sur des événements littéraires et culturels auxquels les auteurs pouvaient participer (que vous pouvez consulter ici), afin de faire la vente et la promotion de leurs livres. Le billet a eu un grand succès et depuis, on m’a soumis d’autres événements et j’en ai découvert de nouveaux moi-même également.

Voici donc un deuxième billet listant d’autres événements et marchés qui peuvent s’avérer utiles pour les auteurs. Notez que plusieurs d’entre eux, dans ce billet, sont des marchés locaux ou des marchés de Noël où divers commerçants et artisans peuvent y vendre leurs produits. Ils sont mentionnés ici parce qu’ils acceptent (ou ont déjà accepté) des auteurs ou des éditeurs parmi leurs exposants.

Notez que:

1) Les événements sont listés en ordre alphabétique.

2) Cette liste n’est pas exhaustive.

3) Il s’agit uniquement d’une recension et le succès, la qualité ainsi que l’achalandage des événements en question n’ont pas été vérifiés. Je vous suggère d’échanger avec des exposants ou anciens exposants sur leur expérience afin d’en savoir plus.

 

Les Dimanches des Artisans

C’est quoi? Événements permettant aux artisans (incluant les auteurs) de vendre leurs produits.

C’est où? Les Sentiers Des Saveurs, 991 Boulevard Sainte Sophie, Sainte-Sophie, QC

C’est quand? les dimanches, généralement de juin à septembre, 11h à 15h.

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/Artisansstesophie/

 

L’expozine du bas-saint-laurent

C’est quoi? Pendant 2 jours, c’est plus 40 artistes qui se retrouveront dans le bleu lumineux de cette charmante église, pour présenter leurs œuvres.

C’est où? 34 Rue de l’Église, Saint-Simon-de-Rimouski

C’est quand? Habituellement en juillet

Pour en savoir plus: http://www.st-simon.qc.ca/loisirs/?id=expozine

https://www.facebook.com/events/754247842997272/?ref=newsfeed

 

le Festival des artisans de Sainte-Marcelline-de-Kildare, section auteurs

C’est quoi? Événement culturel qui met en valeur la créativité et le talent des artisans de la région, des domaines aussi variés que l’agroalimentaire, les métiers d’art, les arts visuels et la littérature.

C’est où? Plusieurs lieux, consulter les liens pour plus de détails

C’est quand? Habituellement en septembre

Pour en savoir plus: https://ste-marcelline.com/festival-des-artisans/

https://www.facebook.com/FestivalDesArtisans/

 

le Festival des traditions du monde de Sherbrooke, l’espace littéraire

C’est quoi? Un rassemblement interculturel qui offre une série d’activités spectaculaires et participatives pour tous publics.

C’est où? Divers lieux à Sherbrooke (consulter le lien)

C’est quand? Se déroule habituellement en août

Pour en savoir plus: https://ftms.ca/activites/

 

la Foire de l’Édition Montréal

C’est quoi? Il s’agit d’un marché dédié aux éditeurs indépendants et à l’auto-publication. Une occasion exceptionnelle d’exposer et vendre pour les petits éditeurs et artistes qui ont déjà publié un ouvrage, que ce soit un essai, un roman, un poème, un roman graphique ou bien de la papeterie.

C’est où? Pop-Up Lab, 4510 rue Cartier, Suite 201, Montréal

C’est quand? Habituellement en octobre

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/events/1956354814721763/?ref=newsfeed

 

la FOIRE DU LIVRE QUÉBEC-CARAÏBES-OCÉAN INDIEN

C’est quoi? Le but est de dynamiser le rapprochement des milieux littéraires. Au menu de cette année, une programmation variée, une vingtaine d’exposants, une panoplie de livres et de titres, lecture de textes par leurs auteurs-res, animation culturelle, clown pour faire lire et rire les enfants.

C’est où? 1210, rue Sherbrooke E., Montréal

C’est quand? Habituellement en octobre

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/events/1436279813879444/?ref=newsfeed

https://www.facebook.com/MoiscreoleMontreal

 

la Journée internationale de la littérature Haïtienne

C’est quoi? Cette fête littéraire et culturelle haïtienne est l’occasion de bouquiner dans une ambiance festive; un moment d’échange et une occasion unique de s’imprégner de la culture haïtienne. Venez découvrir, rencontrer et faire signer les auteurs d’origine haïtienne et québécoise.

C’est où? Centre N A Rive 6971, rue Saint-Denis, Montréal

C’est quand? A généralement lieu au mois d’août

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/journeedulivrehaitien/?locale=fr_CA

centrenarive.com/journeedulivrehaitien 

 

le Marché de Noël de la ville de Saint-Jérôme

C’est quoi? Marché invitant le public à marcher d’un lieu à l’autre (intérieurs et extérieurs) afin de faire le plein d’idées-cadeaux tout en découvrant les commerces du centre-ville. Une programmation pour toute la famille comprenant des spectacles, des animations et des installations extérieures est proposée.

C’est où? Plusieurs lieux, voir lien pour plus de détails

C’est quand? Vendredi 1er décembre, de 16 h à 21 h; Samedi 2 décembre : de 10 h à 17 h; Dimanche 3 décembre : de 10 h à 16 h.

Pour en savoir plus: https://www.vsj.ca/marcher-noel/

 

Le Marché Public d’Oka

C’est quoi? Une vitrine pour les artisans, incluant auteur ou éditeur, pour rejoindre la population locale et les nombreux visiteurs de la région.

C’est où? Face à la Mairie (183, rue des Anges) 

C’est quand? Habituellement tous les dimanches, de juillet à septembre, 10 h 30 à 16 h 30

Pour en savoir plus: https://www.municipalite.oka.qc.ca/mpo-2023/

 

Le petit salon du livre

C’est quoi? un rendez-vous littéraire du mois de décembre pour toute la famille. Venez y rencontrer les talents littéraires des Cantons-de-l’Est. Profitez des séances de signatures des auteurs et illustrateurs dans l’atmosphère paisible et chaleureuse de l’École d’art de Sutton.

C’est où?  L’École d’art de Sutton, 79 Principale Sud, Sutton

C’est quand? 1er et 2 décembre, 8 et 9 décembre, 15 et 16 décembre

Pour en savoir plus: https://ecoleartsutton.ca/le-petit-salon/?fbclid=IwAR2YwPrEC03diJQ-JzGDuNGx7dqv3H4rXtAR8g2FA8hORzFNSCXLQtASOjg

 

Le petit salon du livre francophone

C’est quoi? Un salon du livre pour petits et grands qui vise à célébrer la littérature sous toutes ses formes, en offrant quelque chose pour tous les âges et tous les goûts. Le salon du livre met en avant une vaste gamme de livres, allant des albums illustrés pour enfants aux romans pour adultes, en passant par la poésie, la science-fiction, la non-fiction, la fantasie, et bien plus encore.

C’est où?  La Maison de la francophonie d’Ottawa (CMFO), 2720 Richmond Road Ottawa

C’est quand? Samedi 2 décembre 2023, de 10h à 16h

Pour en savoir plus: https://www.eventbrite.ca/e/billets-le-petit-salon-du-livre-francophone-edition-2-753593878577?aff=erelexpmlt

 

Le Read Quebec Book Fair

C’est quoi? Produced by the Association of English-language Publishers of Quebec (AELAQ) in partnership with the Quebec Writers’ Federation (QWF), the Read Quebec Book Fair celebrates the vibrancy of the English-language literary scene in Quebec, with local publishers displaying their titles, and Librairie Paragraphe selling books from Quebec writers and translators published elsewhere.

C’est où? Atrium of the McConnell Building at Concordia University, 1400 De Maisonneuve Boulevard W

C’est quand? Habituellement en novembre

Pour en savoir plus: https://readquebec.ca/event/read-quebec-book-fair-2023/

 

les Rendez-vous de la BD de gatineau

C’est quoi? Un événement réunissant plus d’une trentaine de bédéistes. À l’horaire: rencontres d’artistes, remises de prix, impro, cours de dessin, construction de bandes dessinées, conférences interactives et amusantes, et plus encore.

C’est où? À la Maison du citoyen, 25 rue Laurier, Gatineau

C’est quand? le samedi 2 et dimanche 3 décembre

Pour en savoir plus: https://www.rvbdg.ca/

https://www.facebook.com/RVBDG

 

les Rendez-vous du roman historique de magog

C’est quoi? En collaboration avec l’Association des auteures et auteurs de l’Estrie, la Maison Merry offrira plusieurs conférences, causeries, tables rondes et ateliers qui se tiendront dans différents lieux de Magog et réuniront des auteur.e.s exerçant dans le domaine de l’écrit à caractère historique.

C’est où? la Maison Merry, à Magog

C’est quand? Habituellement en septembre

Pour en savoir plus: https://aaaestrie.ca/2023/07/09/rendez-vous-du-roman-historique-de-magog/

https://www.facebook.com/profile.php?id=100093040414915

 

les Rendez-vous d’histoire de Québec (RVHQC)

C’est quoi? Plus de 800 ans d’histoire et d’archéologie convoqués et présentés sous forme de cafés historiques, de conférences, de visites privilèges, de soirées spéciales, d’entretiens et de tables rondes. En partenariat avec la Maison de la littérature, un volet sur l’histoire du livre et de l’imprimé est présenté.

C’est où? Plusieurs lieux à Québec (voir lien pour plus de détails)

C’est quand? Du 7 au 11 août 2024

Pour en savoir plus: https://rvhqc.com/

 

le Salon Découverte Littéraire

C’est quoi? Le Salon Découverte Littéraire organise des événements pour aider les auteurs à se faire connaitre.

C’est où? Centre communautaire Pierre-Lemaire, Drummondville (édition 2023)

C’est quand? Habituellement en novembre

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100094380056684

 

Le salon des métiers d’art de Lorraine

C’est quoi? La ville de Lorraine organise chaque année un Salon des métiers d’art qui vise à mettre en valeur les artistes et artisans locaux.

C’est où? Centre culturel Laurent G. Belley, 4, boul. de Montbéliard, Lorraine

C’est quand? en novembre

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/SDMALorraine/

 

Le Salon des Mots de La Matapédia

C’est quoi? Événement littéraire rassembleur de 2 jours qui se tient dans la municipalité de Sayabec et mobilise le milieu matapédien.

C’est où? Habituellement au centre communautaire, Sayabec (à confirmer pour la prochaine édition)

C’est quand? Habituellement en octobre (à confirmer pour la prochaine édition, le salon pourrait revenir sous une autre forme)

Pour en savoir plus: https://www.lamatapedia.ca/salon-des-mots-de-la-matapedia

https://www.facebook.com/SalondesmotsSayabec

 

le Salon du divertissement à Trois-Rivières

C’est quoi? Événement où les visiteurs peuvent découvrir et expérimenter différentes formes de divertissement, allant des jeux vidéo aux spectacles en direct, en passant par les livres, la musique, les arts visuels, les jeux de société et toutes autres formes de divertissement interactif.

C’est où? Le Carrefour Trois-Rivières, 4520 Boulevard des Récollets Trois-Rivières

C’est quand? Habituellement en septembre

Pour en savoir plus: https://www.carrefourtro.com/evenements/salon-divertissement-ctro/

https://www.eventbrite.ca/e/billets-salon-du-divertissement-kiosque-exposant-639269992757

 

Le Salon du livre de Saint-Jean, n.-b.

C’est quoi? Le Salon du livre de Saint-Jean offre à la communauté francophone et francophile de Saint-Jean au Nouveau-Brunswick une vente de livres, des rencontres d’auteurs/trices et autres activités pour les lecteurs/trices de tous les âges et de tous les goûts.

C’est où? Centre communautaire Samuel-de-Champlain, 67 chemin Ragged Point Road, Saint John, New Brunswick.

C’est quand? en novembre

Pour en savoir plus: https://salondulivredesaintjean.wordpress.com/

https://www.facebook.com/salondulivredesaintjean

 

Le Salon Littéraire Drummond

C’est quoi? Événement réunissant plus de 100 auteurs et autrices de fiction sur place, présentations, dédicaces et ventes de livres seront au rendez-vous pour cet événement dont une partie des profits sera versée à l’organisme d’intégration des nouveaux arrivants Intro Drummond !

C’est où? Centre communautaire Drummondville-Sud au 1550 rue St-Aimé à Drummondville

C’est quand? dimanche le 21 avril 2024, 10h à 16h.

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100089601626880

 

Les Salons passagers – édition centre-du-québec

C’est quoi? Le Salon Passager se veut un événement littéraire rassemblant plus de 50 auteurs ainsi que des artisans dans le domaine livresque. Pour sa 6ième édition, le Salon Passager a choisi de faire un arrêt au Centre-du-Québec pour faire profiter sa population des joies de la lecture et la possibilité de rencontrer, discuter et faire dédicacer les ouvrages des auteurs du Québec. Tout genre littéraire confondu.

C’est où? À Victoriaville, lieu précis à déterminer

C’est quand? Samedi 17 février 2024, à 10h

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/events/319916387439374/

 

les Samedi découvertes de St-Hyacinthe

C’est quoi? Événement ayant comme mission de faire rayonner les artisans et marchands de la grande région de Saint-Hyacinthe, cet événement est l’endroit tout désigné pour faire le plein de découvertes dans une ambiance festive.

C’est où? Marché public Saint-Hyacinthe, 1555 rue des Cascades, Saint-Hyacinthe

C’est quand? Les samedis, de juillet à septembre, de 10h à 16h30

Pour en savoir plus: https://www.facebook.com/events/786263572961680/786265256294845/

 

 

Des événements littéraires que les auteurs devraient connaître

Des événements littéraires que les auteurs devraient connaître

Des événements littéraires que les auteurs devraient connaître

Le domaine littéraire québécois fait preuve d’un grand dynamisme et les événements culturels permettant aux auteurs et aux éditeurs de faire toutes sortes d’activités et de rencontrer le public se déroulent pratiquement toute l’année.

Plusieurs événements opèrent avec des moyens parfois modestes, mais ils sont souvent bien organisés et avec des formules très variées. En voici quelques-uns, qui peuvent s’avérer intéressants pour les auteurs, mais aussi, parfois, pour les éditeurs.

Certains sont des manifestations itinérantes, ont plusieurs éditions par année et changent de lieu alors que d’autres se déroulent toujours (ou presque) au même endroit.

ATTENTION! Cette liste n’est pas exhaustive. De plus, elle s’adresse surtout aux auteurs qui désirent participer par eux-mêmes à des événements, mais certains s’adressent également aux éditeurs.

Les événements sont listés en ordre alphabétique.


Les 15@21h d’Elyse, Eric et Alexandre

C’est quoi? Événements littéraires faits pour créer et développer des liens entre auteur(e)s. Il est possible pour le public de rencontrer les auteurs, de discuter en prenant un verre et même de prendre un repas en leur compagnie. Il y a plusieurs événements par année. Généralement, la soirée a lieu dans un resto-bar.

C’est où? Prochaine édition au Barbie’s Resto bar gril, 1343 Bd Michèle-Bohec, Blainville

C’est quand? Samedi 11 novembre 2023, de 15h à 21h

En savoir plus: https://www.facebook.com/groups/1586440331798762/

 

LES AUTEURS DÉBARQUENT EN VILLE

C’est quoi? Les auteurs débarquent en ville pour venir parler de littérature avec toute la famille, petits et grands. Sur place, il y a aussi un chansonnier et des kiosques alimentaires.

C’est où? La halte municipale, 2199, boul. Sainte-Sophie, Sainte-Sophie

C’est quand? Dimanche 27 août 2023, de 10h à 16h

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/169823936018365

 

Les AUTEURS.ES INDÉPENDANTS.ES AU SALON

C’est quoi? Événement conviant les écrivains, avec plus de 30 auteurs(es) indépendants(es) exposants. Comprend aussi diverses activités interactives tels que des ateliers d’écriture, un rallye littéraire et des conférences offerts par les auteurs et plus.

C’est où? 1062, boul. Arthur-Sauvé, Saint-Eustache, à la salle “ Sous le charme des érables ”

C’est quand? Samedi 25 novembre 2023, de 10 h à 17 h

En savoir plus: https://www.artinfographik.com/les-auteurs-es-ind%C3%A9pendants-es-au-s?fbclid=IwAR1zYDqr2aZBNkOQl4Lsrdvp-2Xuodw_cGPmorlAQpniLPO9NYxoYJur-68

 

La caravane littéraire

C’est quoi? Des auteurs qui se déplacent dans près de 45 villes du Québec. Chaque arrêt ne dure qu’une trentaine de minutes environ et les commandes de livres sont faites à l’avance. Il y a généralement 2 ou 3 éditions par année. La plupart des auteurs invités écrivent du polar, du suspense ou de l’horreur.

C’est où? Un peu partout. Consulter le lien pour voir les destinations.

C’est quand? Du 19 au 29 octobre 2023

En savoir plus: https://www.facebook.com/caravanelitteraire

 

le Cocktail Littéraire – (salon de livre indépendant)

C’est quoi? Cocktail littéraire (salon de livre indépendant) se déroulant au musée d’art de Joliette.

C’est où? Musée d’art de Joliette

C’est quand? Samedi 16 septembre 2023 – De 10h à 17h

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/216019471318991

 

Les Comiccon (kiosques/allée des artistes)

C’est quoi? Événement culturel événement destiné aux amateurs de culture populaire. On y trouve des produits issus de l’univers du divertissement : science-fiction, horreur, animé, jeux vidéo sous toutes leurs formes et, bien sûr, bandes dessinées et comic books. Réunit aussi des éditeurs et auteurs essentiellement de suspense, BD, comics, SF et fantasy.

C’est où? Montréal, Québec, Ottawa, Laval, Winnipeg

C’est quand? Les dates et lieux varient selon les éditions

En savoir plus: Montréal: https://www.montrealcomiccon.com/

Québec: https://www.comicconquebec.com/

Ottawa: https://ottawacomiccon.com/

Laval: https://www.lavalcomiccon.com/

Winnipeg: https://comicconwinnipeg.com/

 

Les Confidences littéraires

C’est quoi? Des conférences d’auteurs parlant au public des coulisses du travail d’écrivain. Réservations nécessaires pour le public.

C’est où? La Chope Angus Brasserie artisanale, 140-2601 rue William-Tremblay, Montréal

(Pour l’édition à Chicoutimi, détails à venir)

C’est quand? Samedi 26 août 2023, de 18h à 22h

 

Le congrès Boréal

C’est quoi? Événement annuel s’adressant au lectorat, écrivain.es ainsi qu’aux professionnel.les de l’édition, pour tous les passionnés et passionnées des littératures de l’imaginaire. Les littératures de science-fiction, de fantasy et de fantastique sont à l’honneur, mais une place demeure pour les autres littératures de genre, comme l’horreur, le policier et les hybridations.

C’est où? Collège Bois-de-Boulogne, 10555, avenue de Bois-de-Boulogne, Montréal

C’est quand? Du 20 au 22 octobre 2023

https://www.facebook.com/sfsfboreal

 

l’expozine

C’est quoi? Expozine est une gigantesque foire annuelle de la presse imprimée à laquelle plus de 300 auteurs et éditeurs participent afin de se faire connaître auprès des 15 000 visiteurs.

C’est où? Détails de la prochaine édition à suivre.

C’est quand? Du 1 au 3 décembre 2023

En savoir plus: https://expozine.ca/

https://www.facebook.com/Expozine

 

le Festival acadien de poésie de Caraquet

C’est quoi? Le Festival acadien de poésie de Caraquet, c’est 45 artistes et plus de 30 expériences poétiques en 4 jours. Ateliers, lectures publiques, tables rondes, spectacles et d’autres activités sont au rendez-vous.

C’est où? Plusieurs lieux à Caraquet, Nouveau-Brunswick, voir lien pour plus de détails.

C’est quand? Du 27 au 30 juillet 2023

En savoir plus: https://www.facebook.com/festivalacadien.poesie

https://fapoesie.ca/

 

le Festival BD de Montréal (FBDM)

C’est quoi? Événement littéraire visant à faire la promotion de la bande dessinée en devenant la plateforme de convergence, de référence et le pôle de rencontre entre les acteurs et actrices du milieu et leurs publics. Il veut accroître la place de la BD dans l’univers culturel, tout en devenant un carrefour entre l’Europe et l’Amérique en sa qualité d’organisme professionnel, bilingue et fédérateur.

C’est où? Sur la rue Saint-Denis à Montréal, piétonne pour l’occasion entre Gilford et Roy

C’est quand? Dates à confirmer pour 2024,  se déroule habituellement en mai

En savoir plus: https://www.fbdm-mcaf.ca/

https://www.facebook.com/FestivalBDMontreal

 

le Festival international du conte Jos Violon

C’est quoi? Événement culturel avec 7 jours de festivités mettant en vedette les arts de la parole : contes, légendes, récits et bien plus.

C’est où? Maison natale de Louis Fréchette, 4385, rue Saint-Laurent, Lévis

C’est quand? Du 13 au 22 octobre 2023

En savoir plus: https://www.facebook.com/JosViolon

https://josviolon.com/

 

le Festival d’arts littéraires de Gaspé “Entre mots et marées”

C’est quoi? Événement littéraire s’attardant à célébrer la littérature par le biais de conférences, d’ateliers et de rencontres offerts d’un bout à l’autre de Gaspé. Lectures publiques et déjeuner-poésie sont aussi au programme.

C’est où? À Gaspé, lieu à déterminer pour 2024

C’est quand? À déterminer pour 2024, a généralement lieu en avril

En savoir plus: https://www.facebook.com/entremotsetmarees

 

Le Festival de conte des Laurentides

C’est quoi? Événement réunissant plus de quarante artistes issus du conte, du cinéma, de la musique et de la poésie.

C’est où? À préciser. Voir les liens pour détails.

C’est quand? Du 1er au 10 septembre 2023

En savoir plus: contelaurentides.com

https://www.facebook.com/Contelaurentides

 

le Festival de la BD de Prévost

C’est quoi? Événement permettant de rencontrer une trentaine de bédéistes francophones. Expositions, dessin en direct, ateliers et conférences font partie de la trentaine d’activités dirigées et livres.

C’est où? École du Champ-Fleuri, 1135 Rue du Clos-Toumalin, Prévost

C’est quand? Les 12 et 13 août 2023, de 10 h à 16 h.

En savoir plus: https://fbdp.ca/

 

le festival de poésie VIVACES

C’est quoi? Organisé par Poème en août: ateliers, causeries, balade et cueillette en nature, danse contemporaine, herbiers, repas à partager, spectacle littéraire, papillons de nuit, lancement de publication, baignade au lever du jour… La poésie sous plusieurs formes, vive et rassembleuse.

C’est où? À Maria, en Gaspésie (plusieurs lieux, selon les activités, voir le lien pour plus de détails)

C’est quand? Du 3 au 6 août 2023

En savoir plus: https://www.facebook.com/poemeenaout

 

le Festival des arts de Montréal-Nord

C’est quoi? Quatre journées d’activités des arts de la scène, des arts littéraires, des arts de la table, des arts visuels et des métiers d’art. A généralement lieu en mai.

C’est où? Plusieurs lieux, voir le lien pour plus de détails

C’est quand? À déterminer pour la prochaine édition de 2024

 

Festival international Contes en Îles

C’est quoi? Événement littéraire aux îles de la Madeleine réunissant des conteurs et conteuses de partout dans le monde. Avec apéros, soupers, contes radiophoniques, contes pour enfants, causeries, etc.

C’est où? Divers lieux, voir les liens pour plus de détails.

C’est quand? Du 10 au 17 septembre 2023

En savoir plus: https://www.facebook.com/festivalconteseniles

www.conteseniles.com

 

le FESTIVAL MOTS DE LA RIVE

C’est quoi? Un festival bisannuel de lectures théâtrales. Il se compose de représentations festives où des auteur.trice.s de théâtre préalablement sélectionné.e.s ont la chance de partager leurs textes via le talent de comédien.ne.s professionnel.le.s.

C’est où? Rivière-du-Loup, lieu à préciser éventuellement

C’est quand? Du 12 au 15 septembre 2024

En savoir plus: https://www.festivalmotsdelarive.com/

 

Le Festival Romance Québec

C’est quoi? Événement sous forme de foire littéraire accueillant auteurs et éditeurs et destiné majoritairement aux lecteurs et lectrices de romance. Il y a généralement 1 ou 2 éditions par année, au Collège Brébeuf à Montréal ou à Donnacona.

C’est où? À déterminer pour la prochaine édition 2023 ou 2024

C’est quand? À déterminer pour la prochaine édition 2023 ou 2024

En savoir plus:  https://romanceqc.com

 

La Fête du livre de Saint-Armand

C’est quoi? Événement littéraire qui invite la population à la rencontre des auteurs. Avec clubs de lecture, animations, conférences et séances de dédicaces.

C’est où? Carrefour culturel de Saint-ArmandClos de l’Orme blancLibrairie ModerneLivres

C’est quand? Samedi 2 septembre 2023, de 10 h30 à 17 h.

En savoir plus: https://www.facebook.com/fetedulivredesaintarmand

 

la Fierté littéraire

C’est quoi? Événement littéraire qui promeut et mobilise les auteurs, autrices et auteurices queer québécois, mais aussi francophones d’ailleurs. Inclut plusieurs activités, dont un salon du livre, des lectures publiques, des combats des livres et bien d’autres.

C’est où? Plusieurs lieux à Montréal, voir le lien pour plus de détails.

C’est quand? Du 7 au 11 août 2023

En savoir plus: https://fiertelitteraire.ca/

 

Le Marché Public du Livre de St-Narcisse

C’est quoi? Marché public pour faire connaître les auteurs d’ici et de partout ailleurs au Québec.

C’est où? Agora de St-Narcisse (entre l’église et le 290 rue Principale )

C’est quand? Dimanche 30 juillet 2023, de 10h à 15h

En savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100077768360997

 

Littérature et autres Niaiseries

C’est quoi? Des soirées littéraires déjantées, hétérotopiques, parfois humides, souvent sauvages. Près d’une vingtaine de performances, toutes disciplines confondues, une trentaine d’artistes présents.

C’est où? La Petite Boite Noire, 58 rue Meadow, Sherbrooke

C’est quand? Pour L&AN – le showcase – jeudi, 24 août 2023, à 20h

En savoir plus: https://www.facebook.com/Litteratureetautresniaiseries

 

Le Livre en Bar

C’est quoi? Un salon littéraire ambulant se déroulant dans des microbrasseries du Québec… là où la bière et la littérature se marient.

C’est où et c’est quand? Microbrasserie La voie Malté, Jonquière : 30 septembre 2023, de 12h à 16h

En savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100090032379013

 

Le Marché public du livre de Joliette

C’est quoi?  En partenariat avec le Marché public de Joliette et la société du développement du centre-ville, il s’agit d’un espace dédié à une trentaine d’auteurs, en majorité de la région de Lanaudière.

C’est où? Sur la Place Bourget Sud, Joliette, J6E 5E7

C’est quand? Samedi 30 septembre 2023, de 9h30 à 14h30

En savoir plus: À venir

 

Les médiévales de Lanaudière (section Salon littéraire)

C’est quoi? Festival familial sur le thème de l’histoire, du terroir et de l’imaginaire. À travers un voyage dans le temps de la France à la Nouvelle-France, les festivaliers découvrent leur histoire, ses origines et son héritage. Aussi pour les éditeurs et auteurs essentiellement de fiction historique, d’aventure et de fantasy.

C’est où? Détails à venir pour l’édition 2024, habituellement en juillet

C’est quand? Détails à venir pour l’édition 2024

En savoir plus: https://medievaleslanaudiere.com/

https://www.facebook.com/medievaleslanaudiere/

 

le Micro-Ouvert poétique

C’est quoi? Le tout premier micro-ouvert du Projet Orpheüs à tous et à toutes! Vous lisez de la poésie, vous en écrivez ou vous n’avez aucune idée de pourquoi vous êtes ici ? Venez écouter et partager un écrit original ou une œuvre qui vous inspire! Le tout accompagné de collations et de musique dans une ambiance chaleureuse et ouverte d’esprit.

C’est où? Café Mosaïque, 5727 rue Saint-Louis, Lévis

C’est quand? Le lundi 24 juillet 2023, à 17h

 

la Pause Littéraire de la Mauricie

C’est quoi? Événement organisé par un organisme à but non lucratif ayant pour but de promouvoir les auteurs.

C’est où? À déterminer pour 2024, généralement à Trois-Rivières

C’est quand? À déterminer pour 2024, généralement en février

En savoir plus: https://www.facebook.com/pauselitteraire

 

La Plume des braves

C’est quoi? Organisme à but non lucratif servant à organiser différents événements littéraires au cours de l’année.

C’est où? Détails de la prochaine édition de l’automne à venir.

C’est quand? Détails de la prochaine édition de l’automne à venir. 

En savoir plus: https://www.facebook.com/plumedesbraves

 

Poésie dans un jardin

C’est quoi? Pour les amoureux de la poésie et pour ceux et celles qu’ils veulent le devenir. Le public peut venir dans le jardin pour entendre la poésie des participants. Tout le monde peut y assister gratuitement, mais aussi participer gratuitement.

C’est où? Maison Rosalie-Cadron, 1997, rue Notre-Dame, Lavaltrie

C’est quand? Samedi 29 juillet 2023, de 10h30 à 16h

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/1098536241073653/

 

Poésie et musique côté jardin

C’est quoi? Prestations où des poètes invités viennent déclamer leur poésie, suivi prestations musicales dans un concert chaleureux!

C’est où? Maison natale de Louis Fréchette, 4385, rue Saint-Laurent, Lévis

C’est quand? Dimanche 23 juillet 2023, à 13 h 30

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/6174883415943572/

 

La Preuve Du Contraire

C’est quoi? Événement organisé par la librairie le Port de tête la nuit & Tantôt & La Revue Estuaire , une soirée le fun consacrée à — la Poésie & la Traduction, dans le cadre de la série “Le Port de tête la nuit”.

C’est où? À la Librairie le Port de Tête, 269 Avenue du Mont-Royal E., Montréal

C’est quand? Vendredi le 21 juillet 2023, dès 21h.

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/291878653233453?active_tab=about

 

le Récital nocturne: Collectif Ramen

C’est quoi? Cet été, en collaboration avec le Collectif Ramen et leur.s invité.e.s poètes, la maison natale Louis Fréchette présente L’autre rive : deux performances inédites à la brunante. Les prestations seront suivies d’un micro ouvert, apportez vos plus beaux poèmes!

C’est où? Dans les jardins de la Maison Natale de Louis Fréchette, 4385, rue Saint-Laurent, Lévis

C’est quand? Vendredi 28 juillet 2023, 19h

En savoir plus: https://www.maisonfrechette.com/activite/recitals-nocturnes-avec-le-collectif-ramen/?fbclid=IwAR3eyD3LRaGXIbszIoQq3qIRyprZmu2hIaXIgsKb09wTokRAH7r5iHf7SYg

https://www.facebook.com/events/797005145408663

 

le Salon Au cœur de tes auteurs

C’est quoi?  Événements littéraires regroupant des auteurs de partout au Québec tout au long de l’année.  Dans une atmosphère conviviale, plaisante et familiale, venez nous rejoindre.

C’est où? Centre des loisirs, 1096, rue du Pont, Saint-Lambert-de-Lauzon

C’est quand? Samedi 2 sept 2023, de 10h à 16h

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/650530666977557/

 

Le salon de l’Histoire

C’est quoi? Dans le cadre du festival de l’histoire, c’est l’occasion rêvée de venir à la rencontre des Sociétés historiques du Grand Montréal. Des auteurs.trices d’ouvrages historiques seront également présents pour des séances de dédicaces.

C’est où? Détails à venir pour 2024 (édition précédente au Complexe Desjardins)

C’est quand? Du 10 au 12 mai 2024

En savoir plus: https://festivalhistoire.ca/thematique/salon-de-lhistoire/

 

le Salon du livre afro-canadien

C’est quoi? Événement culturel littéraire qui se déroule chaque année à Ottawa. Sa mission principale est de promouvoir la littérature produite par les auteurs afro-canadiens et afro-canadiennes. 

C’est où? Collège la Cité, 801 promenade de l’aviation, Ottawa

C’est quand? Du 26 au 29 octobre 2023

En savoir plus: https://www.mosaiqueinterculturelle.ca/slac-salon-du-livre-afro-canadien/

 

le Salon du livre de Bonaventure

C’est quoi? Événement littéraire régional qui permet de faire connaitre les auteurs de la Gaspésie et d’ailleurs.

C’est où? À Bonaventure (lieu à préciser éventuellement)

C’est quand? Prochaine édition en mai 2024

 

Le Salon du livre Côte-du-Sud

C’est quoi? Événemen cuturel ayant pour objectif la mise en valeur des auteurs et du patrimoine littéraire de la Côte-du-Sud.

C’est où? Lieu à déterminer pour 2023

C’est quand? À déterminer pour 2023, a généralement lieu en novembre

En savoir plus: https://www.salondulivrecotedusud.qc.ca/

 

le Salon du livre de Cap-Saint-Ignace

C’est quoi? Salon du livre réunissant plusieurs dizaines d’auteurs et des éditeurs des 4 coins du Québec et ayant lieu à Cap-Saint-Ignace.

C’est où? Lieu à déterminer pour 2024

C’est quand? À déterminer pour 2024, a généralement lieu en mai

En savoir plus: https://www.facebook.com/SalonLivreCapStIgnace

https://www.capsaintignace.ca/fr/nouvelles-details/2023/04/26/salon-du-livre-de-cap-saint-ignace-du-5-au-7-mai-2023/

 

LE SALON DU LIVRE DE MIRABEL

C’est quoi? Salon dont le but est d’encourager le talent québécois, par un événement chaleureux et dynamique, un rassemblement d’artistes talentueux et qui vise à tisser des liens entre les lecteurs et les auteurs dans la communauté.

C’est où? Lieu à déterminer pour 2024

C’est quand? Du 3 au 5 mai 2024

En savoir plus: https://www.salondulivredemirabel.com/accueil/

 

le Salon du livre des Premières Nations

C’est quoi? Un événement littéraire à échelle humaine où de véritables rencontres sont possibles entre les auteurs des Premières Nations, les éditeurs, les chercheurs et, surtout, le grand public.

C’est où? À Québec (lieu à préciser)

C’est quand? Du 16 au 19 novembre 2023

En savoir plus: https://kwahiatonhk.com/a-propos-du-slpn/

 

Le Salon du livre jeunesse de Saint-Ours

C’est quoi? Le Salon du livre jeunesse de Saint-Ours constitue la dernière étape du concours du Regroupement littéraire Jeunesse de Saint-Ours. C’est alors l’occasion pour les 60 jeunes auteurs.es de présenter leurs livres aux visiteurs.

C’est où? École Pierre-de-Saint-Ours, 25 37  rue de l’Immaculée-Conception, Saint-Ours

C’est quand? Date à confirmer pour 2023, habituellement en septembre

En savoir plus: https://www.rljso.com/salon-du-livre

https://www.facebook.com/concoursrljso/

 

Le salon du livre l’imaginarium

C’est quoi? Événement littéraire de 3 jours réunissant près d’une trentaine d’auteurs à Vallleyfield.

C’est où? À déterminer pour 2024

C’est quand? À déterminer pour 2024, généralement en juin

En savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100082304218044

 

Le salon international de l’artisanat et du livre d’Ottawa

C’est quoi? Salon du livre bilingue ouverts aux auteurs, éditeurs, libraires, services littéraires et axé sur la collectivité.

C’est où et c’est quand? Bâtiment horticole, Parc Lansdowne – Centre-ville d’Ottawa / Glebe (15 et 16 juillet 2023) Rideau Centre (13 et 14 juillet 2023) Heures d’ouverture du festival: 10h – 21h

En savoir plus: https://www.salondulivredottawa.ca/

https://www.facebook.com/profile.php?id=100083056374522

 

le Salon Littéraire Drummond

C’est quoi? Événement littéraire réunissant des auteur.e.s de fiction du Centre-du-Québec.

C’est où? À déterminer pour 2024

C’est quand? À déterminer pour 2024, édition précédente en avril

En savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100089601626880

 

le Salon littéraire Les plumes de chez nous

C’est quoi? Un salon du livre accueillant les auteurs de la Beauce-Sartigan, leur donnant l’occasion de promouvoir leur plume lors d’un événement convivial.

C’est où? À l’espace Carpe Diem de Saint-Georges

C’est quand? Samedi 12 août 2023, de 10h à 16h

En savoir plus: https://www.facebook.com/people/Salon-litt%C3%A9raire-Les-plumes-de-chez-nous/100083369296883/?paipv=0&eav=AfZ0suSKtb5V0dMLpJBfc4qIMccqYtyFfI3mHERMQhCad7KeyokU2OpT3IQdlzYPPHg&_rdr

 

Les salons clandestins

C’est quoi? Événements accessibles à l’année dans des sites extérieurs enchanteurs lorsque la température le permet ou des salles de réception, dans une atmosphère conviviale. Ils réunissent près de 40 auteurs (autoédités, de maison d’édition traditionnelle, d’autre type de maison d’édition).

C’est où? Érablière Charbonneau au 45, Chemin du sous-bois, Mont St-Grégoire

C’est quand? Dimanche 3 septembre 2023, de 10 h à 16 h

En savoir plus: https://www.facebook.com/events/285569450808780

 

Les salons passagers

C’est quoi? Les salons passagers rassemblent des auteurs dans un cadre semi officiel, pour vendre leurs romans au public, mais également pour prendre le temps de discuter et de signer des dédicaces! Ouverts aux auteurs et aux éditeurs.

Édition Estrie 2023

C’est où? Liverpool Resto Billard Night Life, 28 Rue Wellington S, Sherbrooke

C’est quand? Samedi 12 août 2023, de 13h à 17h

Plus d’infos: https://www.facebook.com/events/151802897734691/

ÉDITION MAURICIE 2023

C’est où? DigiHub, 1250 avenue de la station, Shawinigan

C’est quand? Samedi 2 septembre 2023,  de 9h à 17h

Plus d’infos: https://www.facebook.com/events/213261448262631/

ÉDITION MONTÉRÉGIE 2023

C’est où? Centre Multi-Sportif, 3093 Bd de la Gare, Vaudreuil-Dorion

C’est quand? Samedi 4 novembre 2023, de 10 h à 16h30

Plus d’infos: https://www.facebook.com/events/602644055305555/

En savoir plus: https://www.facebook.com/profile.php?id=100090377617897

 

LES THÉS LITTÉRAIRES DU CLAC-MITIS

C’est quoi? Il s’agit de huit rendez-vous avec 13 grandes voix de la littérature au Québec accompagnés de musiciens, qui sont proposés à la population du 25 juin au 24 septembre aux Jardins de Métis.

C’est où? Grand hall des Jardins de Métis, 200, route 132, Grand-Métis

C’est quand? Du 25 juin au 24 septembre 2023

En savoir plus: https://www.clac-mitis.org/thes-litteraires/thes-litteraires-2023?fbclid=IwAR2eEI5g_lhOcypNMZda09c-JWGJayhhF3MYuRYxG_mveXHCrdfQGU7tWgk

 

Les Vents de paroles

C’est quoi? Tous les mercredis soir de juillet et août de 2023, de 19h à 21h des artistes de la parole vivante donnerons des prestations publiques et gratuites à Trois-Pistoles. Une invitation à écouter contes, poésies, slams, théâtre et plus encore tout au long de l’été!

C’est où? Parc de l’Église (30, rue Notre-Dame Est, Trois-Pistoles) ou à la Forge à Bérubé (363, rue Vézina, Trois-Pistoles)

C’est quand? Du 5 juillet au 23 août 2023

En savoir plus: https://zvaijuboz8.wpdns.site/les-compagnons/les-samedis-de-conter/

 

Crédit photo: Kate Bezzubets, unsplash
Les auteurs doivent-ils craindre l'Intelligence Artificielle?

Les auteurs doivent-ils craindre l’Intelligence Artificielle?

Les auteurs doivent-ils craindre l’Intelligence Artificielle?

Bien malin celui ou celle qui arrivera à répondre à cette question! Je ne suis pas une spécialiste en matière d’intelligence artificielle. Seulement une auteure et une éditrice qui regarde tout cela et s’interroge, comme tout le monde du milieu. J’ai tout de même effectué quelques recherches sur le sujet pour essayer de m’y retrouver et de vous aider à y voir plus clair aussi.

Nous n’en sommes qu’aux balbutiements de cette machine et on ne peut prévoir son impact avec certitude.

ChatGPT, Fliki, DALL-E, Midjourney et plusieurs autres… ces plateformes se multiplient à grande vitesse. Et elles sont souvent disponibles gratuitement. Certaines ont aussi des options payantes offrant davantage de fonctionnalités.

C’est quoi, au juste?

D’abord, c’est quoi, exactement? Il s’agirait d’un “agent conversationnel à intelligence artificielle ou « chatbot », autrement dit un assistant virtuel qui utilise les nouvelles technologies pour dialoguer avec ses utilisateurs”. Il faut savoir aussi que cette intelligence est dotée d’une certaine capacité d’apprentissage et d’adaptation. Plus on s’en sert, plus elle reçoit et emmagasine d’information et donc, plus elle apprend, se perfectionne et… devient intelligente.

Elle devient alors plus efficace à répondre adéquatement aux demandes des utilisateurs. Ses capacités d’apprentissage et d’adaptation sont sans doute les aspects les plus effrayants. Jusqu’à présent, l’Intelligence Artificielle avait toujours eu certaines limites. Mais cette fois, en ayant accès à un bassin quasi illimité de contenus et d’utilisateurs qui apportent de nouvelles données, cela l’aide à s’améliorer encore plus vite.

Il est loin le temps où l’ordinateur intelligent Deep Blue était limité à faire des parties d’échecs. D’ailleurs, ce dernier n’avait pas la capacité d’apprendre pendant qu’il jouait des parties. Il pouvait le faire uniquement avant. Pendant les compétitions, il pigeait simplement des stratégies dans sa banque de données.

Les humains encore essentiels

Aussi intelligente soit-elle, l’IA a encore besoin d’humains. On dénombre encore beaucoup d’erreurs, de biais cognitifs, d’inexactitudes, voire carrément de bêtises dans ses réponses. On reproche à l’IA, entre autres, d’avoir des connaissances limitées en ce qui concerne les cultures autres qu’anglo-saxonnes. Voici l’exemple d’un test que je me suis amusée à faire avec ChatGPT sur… moi-même.

Voici la première réponse que j’ai obtenue lorsque je lui ai demandé des renseignements à mon sujet. (Ne vous inquiétez pas, je n’ai pas été surprise, je sais que je ne suis pas une grande vedette.)

Chatgpt3

Voici la réponse que j’ai obtenue après avoir apporté une précision supplémentaire.

chatgpt4

Hum… les informations correctes sont: je suis auteure et scénariste, je suis née à Montréal. Pour le reste, il n’y a malheureusement rien de vrai. Et considérant que les renseignements sur les œuvres citées sont faciles à trouver, on peut se demander comment ChatGPT a pu se tromper à ce point. Bref… ce n’est pas demain la veille que ChatGPT atteindra la perfection.

En gros, la machine n’en sait pas plus que ce qu’on lui donne et ne peut faire le tri de l’information pertinente ou exacte entièrement par elle-même. L’humain est donc encore nécessaire pour assurer la justesse des données et éviter, entre autres, que la machine ne développe des préjugés.

La qualité du contenu qu’elle produit dépend aussi des questions que les utilisateurs lui posent. Une question trop vague a plus de chances d’engendrer des mauvaises réponses.

Et l’écriture?

Là-dessus, l’IA ne crée rien de nouveau, n’imagine rien de nouveau. Elle ne fait que digérer et recracher des informations qu’on lui a données. Peut-on s’en servir comme outil pour écrire, chercher des idées ou créer des plans? La réponse est oui.

Si on lui demande de produire un plan de scénario d’horreur impliquant une séance de Ouija et suivant la structure en 15 temps de la technique Save the cat, elle y parvient. Est-ce original? Non. La machine s’est seulement inspirée de scénarios déjà existants, en a tiré les éléments que l’on retrouve le plus souvent dans les films du genre et les a mis ensemble. Cela donne donc un résultat assez convenu.

Il est aussi possible de lui demander d’écrire un texte de fiction sur un sujet ou un thème précis. Cependant, encore une fois, la machine n’invente rien. Elle ne fait que fouiller dans sa banque de données et repiquer, avec ses algorithmes, les éléments du schéma narratif et du schéma actanciel pour produire un texte.

Quant au style littéraire, il est tout simplement absent. Il n’y a pas de plume à proprement parler. Ni de sous-texte ou de deuxième degré. Cela donne un texte drabe, plate, sans couleurs, sans saveurs, sans complexité.

Des mesures à prendre

En attendant, plusieurs voix s’élèvent pour demander une meilleure protection du droit d’auteur. Des produits de l’IA commenceraient à être bannis un peu partout. Ou du moins, étiquetés comme tel, pour les différencier de ceux produits par des humains.

Certains demandent une adaptation rapide de la loi, d’autres suggèrent un débat et d’autres, plus alarmistes, exigent carrément qu’on débranche tout. De plus, certaines entreprises ont déjà pris les devants, comme Clarkesworld, cette revue littéraire américaine inondée de textes écrits par l’IA, qui a décidé de ne plus accepter aucun nouveau texte et a banni les auteurs ayant eu recours à l’IA.

Le phénomène a sans doute été amplifié par nombres “d’influenceurs” du web qui vantent leur méthode (payante, bien entendu) pour écrire un livre sans effort et le vendre en autoédition sur Amazon, qui est submergée de ce genre de textes depuis.

Cependant, publier un livre sur ce genre de site ne garantit pas de bonnes ventes et surtout pas si l’offre devient démesurée. Car les lecteurs ne seront pas plus nombreux et les revenus seront simplement divisés davantage, puisqu’il y aura plus d’auteurs. Les possibilités de faire fortune sont en réalité très minces et l’engouement pourrait s’essouffler devant des ventes peu satisfaisantes ou des refus répétés de publication de la part des éditeurs.

Parce que croyez-moi, les éditeurs ont vu neiger. Un texte produit par une IA se démarque rarement et les éditeurs les repèrent assez vite. Le public, lui, n’y verrait-il que du feu? Difficile à dire.

Et les autres domaines culturels, eux?

C’est dans le domaine de l’audio, de l’audiovisuel et des arts visuels que les progrès de l’IA semblent les plus spectaculaires. Dans le cas de l’audio, les IA proposent plusieurs voix et arrivent à faire la lecture de certains textes avec une qualité qui va de moyenne à étonnante.

Sans compter que certaines plateformes permettent de cloner des voix réelles à partir de fichiers audios et de faire dire presque tout et n’importe quoi à la personne dont la voix a été clonée. Y compris les pires horreurs. À mon avis, c’est le scénario le plus angoissant de tous. Ou inventer une chanson de toutes pièces et même la rendre virale. Un genre de deepfake, quoi.

Plusieurs voix artificielles sont un peu robotiques, mais la lecture de certains textes est presque convaincante. Surtout s’il s’agit de textes informatifs. En revanche, les outils gratuits ne permettent pas de lire un texte avec de l’émotion de manière satisfaisante. Les plateformes payantes, elles, offriraient plus d’options.

Vous voulez des exemples? Les premiers paragraphes de ce billet lu par “Gabrielle” et “Sylvie” de Fliki.

Voici Gabrielle:

.

Voici maintenant Sylvie:

 

On sent bien qu’il y a quelque chose de pas très naturel, surtout pour la première. Mais pour un outil gratuit et facilement accessible, ça demeure impressionnant. On n’est pas bien loin de Star Trek, non?

La propriété intellectuelle

Les questions d’ordre éthique sur la propriété intellectuelle sont brûlantes d’actualité, en particulier avec les œuvres en art visuel, mais aussi de littérature. Ce qui est en jeu, entre autres, c’est que les algorithmes de l’IA, pour créer de nouvelles œuvres, s’inspirent de milliards de textes et d’images.

Des juges auraient autorisé l’emploi d’œuvres à titre de “recherche”, lorsque l’IA est en phase d’apprentissage, si ces œuvres sont disponibles publiquement. De plus, beaucoup d’œuvres produites par l’IA proviennent de demandes telles que: “dessine un chat dans le style de Picasso”, par exemple. Or, les idées, les styles et les genres ne sont pas protégés par le droit d’auteur. Ce qui rend la question légale sur ce genre de création d’autant plus complexe.

L’autre question épineuse est celle de la propriété intellectuelle des œuvres produites par l’IA. En février, l’Office du Copyright aux États-Unis, un organisme gouvernemental qui tient les registres d’enregistrement des droits d’auteur, a décrété, notamment, que des images de bande dessinée créées par l’IA Midjourney ne pouvaient pas être protégées par le droit d’auteur. En fait, c’est l’utilisateur qui serait responsable des images qu’il aurait créées avec l’aide de l’IA. Théoriquement, il pourrait même les commercialiser.

Bref… tout cela pour dire que la situation évolue à très (trop?) grande vitesse et que la question est loin d’être réglée. Les questions et les injonctions ne cessent de surgir. Difficile, donc, de tirer une conclusion à l’heure actuelle, puisque nous sommes toujours devant un grand vide.

Des tribunaux ont déjà pris des décisions afin de restreindre, dans une certaine mesure, l’impact des créations de l’IA. Mais tout reste à faire et d’importantes réflexions sont à venir, tant sur les plans éthiques, juridiques qu’artistiques. Il faudra sans doute prendre des mesures pour protéger le droit d’auteur, mais aussi les artistes eux-mêmes.

Alors… les auteurs doivent-ils craindre l’Intelligence Artificielle?

Trop tôt pour l’affirmer avec certitude. En attendant, puisque l’IA est encore bien loin de la perfection et qu’elle a encore besoin d’humains pour fonctionner… les auteurs peuvent respirer un peu… pour le moment…

 

MAJ: Ce billet de l’UNEQ offre une belle synthèse de la situation.

 

Photo: Rawpixel, Freepik.

 

Le schéma actantiel

Qu’est-ce que le schéma actantiel?

Qu’est-ce que le schéma actantiel?

Contrairement au schéma narratif qui se concentre sur les étapes de l’histoire, le schéma actantiel (ou actanciel) met l’accent sur les personnages. D’ailleurs, le mot “actantiel” vient du mot “actant”, soit “auteur de l’action effectuée par le verbe” (Antidote). Il décrit les rôles tenus par les personnages et les relations qui existent entre eux.

 

qu’est-ce que Le schéma actantiel?

Constituants du schéma actantiel  
Le sujet (héros) C’est le personnage qui doit accomplir une mission, une quête. Il s’agit généralement du personnage principal ou du protagoniste.
L’objet (objectif) C’est ce que le sujet cherche à obtenir, l’enjeu ou l’objectif de sa quête. Il peut s’agir d’un objet réel (ex. : un trésor) ou d’un élément abstrait (ex. : l’amour).
Le destinateur (émetteur) C’est ce qui pousse le sujet à agir. Il apparaît donc au début de la mission. Le destinateur peut être un personnage, une chose, un sentiment, une idée, etc.
Le destinataire (récepteur) Ce sont tous ceux qui obtiennent un bénéfice, un avantage, à la fin de la mission. Le sujet peut être le destinataire, mais il est enrichi par l’acquisition de l’objet de la quête.
Les opposants (adversaires) Ce sont les personnages ou les éléments qui nuisent à la réalisation de la mission.
Les adjuvants (aidants) Ce sont les personnages ou les éléments qui aident le sujet à accomplir sa quête.

Source : Alloprof

 

Autre présentation du schéma actantielSchéma actanciel

Source : Alloprof

Il arrive néanmoins que des éléments du schéma actantiel soient absents, qu’ils changent ou fusionnent. Par exemple, le héros (sujet) pourrait accomplir sa quête pour lui-même (destinataire) ou n’avoir aucun adjuvant.

De plus, dans une même histoire, des personnages adjuvants peuvent devenir des opposants et vice-versa. En gros, plusieurs scénarios sont possibles à l’intérieur de ce cadre.

La quête (dont on parle dans le schéma narratif) ne fait pas partie des éléments du schéma actantiel, mais vous remarquerez cependant que les constituants de ce dernier tournent autour d’elle. Par exemple, deux personnages peuvent poursuivre la même quête, mais pour des objectifs (l’objet) différents.

 

Exemple de schéma actantiel

Le comte de Monte-Cristo d’Alexandre Dumas

Le sujet (héros) : Edmond Dantès (alias le comte de Monte-Cristo), trahi par des « amis » et emprisonné injustement.

L’objet (objectif) : s’évader de prison, découvrir la vérité et se venger de ceux qui l’ont trahi.

Le destinateur (émetteur) : la recherche de vérité, le désir de se venger et de retrouver sa fiancée.

Le destinataire (récepteur) : Edmond Dantès.

Les opposants (adversaires) : Fernand Mondego, le baron Danglars, Gérard de Villefort, Gaspard Caderousse, qui ont tous trahi Dantès et ont comploté pour le faire emprisonner.

Les adjuvants (aidants) : Maximilien Morrel (qui a aidé le père d’Edmond Dantès), l’abbé Faria (qui se liera d’amitié avec Dantès et l’aidera à s’échapper), Giovanni Bertuccio (le majordome du comte).

En gros, le schéma actantiel permet d’explorer les liens entre les personnages et de mieux comprendre les intérêts qui animent chacun d’eux.

 

Note: ce billet est inspiré du chapitre 1 du guide Comment écrire un super bon livre?

 

Crédit photo: Kyle Head, Unsplash

 

Schéma narratif

Qu’est-ce que le schéma narratif?

Qu’est-ce que le schéma narratif?

La majorité des histoires, qu’il s’agisse de romans, de nouvelles ou de contes, suivent la même structure, qu’on appelle le « schéma narratif ». Ce dernier permet de décortiquer le récit dans ses cinq étapes essentielles.

qu’est-ce que Le schéma narratif?

Étapes essentielles du texte narratif Les éléments qui composent chacune des étapes
1. La situation initiale (qui? où? quand? quoi?) Le personnage vit une situation normale où tout est en équilibre. Les éléments suivants doivent, en principe, faire partie de la situation initiale : le lieu et le temps, la description du héros (caractéristiques physiques et psychologiques), l’action principale qui occupe ce dernier avant que sa vie ne soit perturbée.
2. L’élément déclencheur (ou perturbateur) Un événement ou un personnage vient perturber la situation d’équilibre. C’est le déclenchement de la quête du personnage principal, qui cherche à retrouver une situation d’équilibre. L’élément déclencheur engendre la mission du héros. Il peut être interne ou externe.
3. Le déroulement (ou nœud) Cette étape présente les diverses péripéties (actions, événements, aventures, etc.) qui permettent au personnage de poursuivre sa quête. Le déroulement comprend les pensées, les paroles et les actions des différents personnages en réaction à l’élément déclencheur ainsi que les efforts qu’ils font afin de résoudre le problème.
4. Le dénouement Il s’agit du moment où le personnage réussit ou échoue sa mission.
5. La situation finale (la chute) L’équilibre est rétabli. Le personnage a retrouvé sa situation de départ ou vit une nouvelle situation.

Source : Alloprof

 

Exemple de schéma narratif

Le chat botté

  1. La situation initiale : Le meunier vit avec ses trois fils.
  2. L’élément déclencheur : Le meunier décède, laissant son plus jeune fils avec un chat comme seul bien.
  3. Le déroulement : Par divers stratagèmes, le chat botté parvient à s’attirer les faveurs du roi et à le mettre en contact avec son maître, qu’il fait passer pour un noble.
  4. Le dénouement : Le chat combat l’ogre et prend possession du château pour son maître.
  5. La situation finale : Le maître du chat botté épouse la princesse.

Voici donc ce qu’est le schéma narratif. Ce sont des étapes que l’on retrouve dans pratiquement tous les récits, quels qu’ils soient. Qu’il s’agisse de nouvelles, de romans, de contes, ils contiennent à peu près tous ces éléments. Même si ces derniers ne sont pas toujours apparents, ils sont bien là.

 

Note: ce billet est inspiré du chapitre 1 du guide Comment écrire un super bon livre?

 

Crédit photo: Freepik

Les 5 plus grands mythes de l’écriture (partie 2)

Les 5 plus grands mythes de l’écriture et de l’édition (partie 2)

Les 5 plus grands mythes de l’écriture (partie 2)

Lors d’un billet précédent, j’avais abordé plusieurs mythes et préjugés entourant l’écriture et l’édition et comment ils peuvent constituer un frein pour les aspirants auteurs. J’en aborde ici 5 autres.

Voici donc les 5 autres plus grands mythes sur l’écriture et l’édition (partie 2):

Mythe #1: Les écrivains n’écrivent que dans la solitude

Bien que les auteurs aient souvent besoin de tranquillité pour se concentrer et mieux travailler, cela ne signifie pas qu’ils souhaitent constamment être seuls. Alors que certains d’entre eux préfèrent écrire dans un environnement calme et demeurer solitaires, d’autres vont trouver qu’ils sont plus productifs dans un environnement plus dynamique ou encore avec une ambiance ou un bruit de fond.

Certains peuvent même collaborer avec d’autres écrivains ou vont travailler en équipe dans des projets collectifs. Oubliez donc le mythe de l’auteur isolé dans sa tour d’ivoire! Dans tous les cas, l’important est de trouver ce qui fonctionne le mieux pour vous et votre processus d’écriture.

Mythe #2: Écrire pour le marché est la meilleure façon d’avoir du succès

Bien que tenir compte des tendances du marché et des intérêts du public lorsque vous écrivez puisse être utile, ce n’est pas nécessaire. Et ce n’est pas un gage de succès non plus. Vous concentrer uniquement sur la dernière mode n’apporte aucune garantie. Il faut quand même se démarquer un peu. Les lecteurs pourraient fort bien décider de bouder un énième livre de vampires si celui-ci n’apporte rien d’original!

Qui plus est, vous baser sur le derniers courants peut même vous couper l’inspiration. Après tout, si la dystopie est in, mais que vous n’en êtes pas fan, vous risquez de ne pas être très inspiré. Écrire pour suivre le dernier trend à la mode peut limiter la créativité et vous empêcher d’explorer vos véritables passions et intérêts. Écrire est déjà difficile, il vaut mieux être passionnés par ce que l’on écrit.

Mythe #3: Les bons auteurs ne souffrent pas du syndrome de la page blanche

Voilà un mythe qui provoque parfois des discussions houleuses parmi les auteurs! Certains n’y croient pas et prétendent qu’il s’agirait seulement de paresse ou d’un manque de volonté. Mais le fait est que le syndrome de la page blanche est un problème pour de nombreux écrivains, même les plus aguerris. Des artistes très connus, tels que Charles Schutz (l’auteur des Peanuts et de Charlie Brown) et Neil Gaiman ont admis en avoir souffert. C’est quelque chose de normal dans le processus créatif et il est important pour les écrivains de trouver des moyens de le surmonter. Et parfois même… de simplement accepter que ce dernier existe!

Pour y faire face, les auteurs utilisent souvent diverses techniques, telles que prendre des pauses, changer d’environnement ou travailler sur un projet différent. Il est important de se rappeler que d’y être confronté ne fait pas de vous un mauvais écrivain, et c’est un défi qui peut être surmonté. Parfois, il suffit seulement d’être patient et indulgent envers soi-même.

Mythe #4: L’écriture est un passe-temps, pas un vrai métier

C’est un mythe malheureusement très répandu, surtout chez ceux qui n’ont jamais pris la plume de leur vie! Hélas, cette croyance touche beaucoup de professions artistiques (voire toutes!). Les préjugés à l’égard des artistes sont également très tenaces.

L’écriture est une véritable profession qui exige des compétences, du travail acharné, de la passion, de la minutie et du dévouement. Si certains écrivains vivent bel et bien de leur plume, il est vrai que ce n’est pas la majorité. Et que, du coup, plusieurs exercent d’autres professions en parallèle. Mais cela ne change rien au fait qu’il s’agit d’un bel et bien d’un métier, fort exigeant par ailleurs. L’écriture peut être une carrière et il est important de la traiter comme telle.

Mythe #5: Les bons écrivains n’ont pas besoin d’édition

Voilà sans doute l’une des croyances les plus inexactes qui puisse exister! Même les auteurs d’expérience n’écrivent jamais un texte parfait du premier coup. Ils sont faillibles comme tout le monde. L’édition est donc une partie cruciale du processus d’écriture et même les meilleurs écrivains en ont besoin.

Il est impossible pour l’auteur de détecter chaque erreur de son manuscrit ou d’en affiner parfaitement chaque phrase sans une aide externe. Et ce, pour la simple raison que l’auteur n’a pas le recul nécessaire pour détecter les défauts de son texte. L’édition est donc essentielle pour avoir un bon texte qui deviendra un livre. La plupart des écrivains comprennent l’importance de l’édition et sont prêts à consacrer du temps et des efforts pour rendre leur écriture la meilleure possible.

 

Comme toujours, il existe plusieurs mythes sur l’écriture et l’édition qui nuisent aux écrivains, surtout à ceux qui en sont à leurs premières armes. Il est toujours aussi primordial de les déboulonner ces mythes, d’informer et de sensibiliser les gens à la réalité de l’écriture.

 

Crédit photo: Racool_studio

Bibliothèques scolaires

Lettre au ministre de l’Éducation – le cri du coeur d’une maman et d’une auteure

Exceptionnellement, je prends de l’espace ici, sur mon blogue, pour parler d’un sujet qui me tient vraiment à coeur. Voici donc la lettre que j’ai fait parvenir à monsieur Bernard Drainville, ministre de l’Éducation, le 28 février 2023.

Je tiens à la partager au public, en espérant que cela fera bouger les choses.

 

Il faut sauver les bibliothèques scolaires!

Cher monsieur Drainville,

Je sais que votre horaire est très chargé en ce moment et que vous avez un travail considérable à faire devant le chantier colossal qu’est notre système d’éducation. Néanmoins, j’aimerais vous entretenir à propos d’un sujet qui me tient à cœur et qui me semble d’une grande importance.

Les Journées de la persévérance scolaire sont derrière nous depuis quelque temps et pendant une semaine, nous avons encouragé et poussé les jeunes à poursuivre leurs études. Une magnifique initiative qu’il convient d’applaudir.

Mais il serait peut-être temps de s’intéresser à un outil grandement négligé, pourtant essentiel à cette réussite et j’ai nommé : les bibliothèques scolaires. Car on sous-estime trop souvent le rôle qu’elles peuvent jouer dans l’amour de la lecture, le développement de la littératie et donc, le taux de diplomation[1].

Laissez-moi vous raconter mon expérience personnelle en tant que mère et bibliothécaire bénévole. En 2018, l’école que fréquentaient mes enfants a lancé un SOS aux parents. Ils avaient perdu des bénévoles et à moins d’un changement, l’école serait obligée de fermer la bibliothèque scolaire!

Paniquée à cette idée, je me suis empressée de contacter l’école et d’indiquer que j’étais disponible. Pleinement motivée, j’arrivai peu après au pavillon du premier cycle où se trouvait la bibliothèque. Misère! Lorsque j’y suis entrée pour la première fois, la désuétude et la fadeur des lieux m’ont estomaquée.

Le mobilier était usé, les murs affichaient un beige délavé, les signets laissés à la disposition des enfants semblaient dater des années 90. Des livres tombaient en morceaux, faute de volontaires pour les réparer. L’endroit était déprimant. Comment peut-on donner le goût de lire à des enfants avec du matériel décrépit et abimé, je vous le demande?

Je rappelle que nous sommes, à ce moment-là, 4 ans après la malheureuse déclaration de votre prédécesseur Yves Bolduc à l’effet que « il n’y a pas un enfant qui va mourir de ça et qui va s’empêcher de lire, parce qu’il existe déjà des livres [dans les bibliothèques]. (…) Nos bibliothèques sont déjà bien équipées. » De toute évidence, malgré la controverse, rien n’avait été fait pour améliorer la situation.

Qu’à cela ne tienne! Je me suis retroussé les manches. J’ai contacté mes collègues auteurs pour obtenir des signets neufs et fait la tournée de mes collègues éditeurs en salons pour amasser des affiches. J’ai acheté, avec mon argent personnel, des décorations neuves, des étiquettes pour mieux guider les jeunes, des affichettes attrayantes, des présentoirs, etc. La bibliothèque a repris des couleurs.

Je précise que l’école se trouve dans un secteur hautement défavorisé. Selon le dernier rapport des indices de défavorisation du ministère de l’Éducation[2], que vous connaissez certainement, l’école se situe au bas de l’échelle, tant en ce qui a trait à l’éducation qu’au revenu des parents. On peut raisonnablement penser que le niveau de littératie, parmi une bonne proportion de ceux-ci, est aussi très faible.

Pendant les 18 mois où je me suis impliquée à la bibliothèque, j’ai vite fait un constat désolant. Certains enfants n’avaient probablement aucun livre à la maison ou presque. Ils n’iraient jamais dans une bibliothèque publique, ni dans une librairie, ni dans un salon du livre. Cette heure passée à la bibliothèque scolaire, chaque semaine, était l’unique moment où ils seraient en contact avec des livres dans un contexte récréatif.

On le sait, l’espoir d’une vie meilleure pour ces jeunes passe par l’éducation. Mais doit-on rappeler encore que les compétences en lecture sont un facteur déterminant de la réussite scolaire? Et pour améliorer celles-ci… encore faut-il avoir envie de lire! Et je n’ai même pas abordé le taux de littératie encore trop bas au Québec.

Le ministère de l’Éducation, VOTRE ministère, le dit lui-même : l’habitude de lire passe par une expérience de lecture signifiante, valorisante et plaisante[3]. À cette fin, il est donc impératif d’avoir des bibliothèques scolaires de qualité. Des lieux stimulants, ludiques et amusants où les jeunes auront envie d’aller.

Pour les enfants défavorisés, la bibliothèque scolaire, c’est probablement l’ultime filet de sécurité qui reste pour leur inculquer ce goût de la lecture. Après, cela devient presque mission impossible. En attendant, la qualité de ce service vivote, à la merci du moindre obstacle.

Car aujourd’hui, ce n’est plus le manque de bénévoles qui serait la principale cause de leurs fermetures, mais le manque de locaux dans les écoles surpeuplées et délabrées. Un problème dont vous avez entendu parler, j’en suis certaine. Maintenant, je me permets de poser une question. Pourquoi un service essentiel qui peut inciter les jeunes à lire, puis à poursuivre leurs études et littéralement changer leur vie est-il si aisément coupé?

Et aujourd’hui, peut-être vous demandez-vous où en est la fameuse bibliothèque dont je me suis occupée? Eh bien, elle a été sacrifiée cette année. C’est que l’école, trop vétuste, sera démolie, puis reconstruite… dans deux ans.

En attendant, le pavillon où se trouvait la bibliothèque est fermé et sera détruit sous peu. Et malgré les vaillants efforts des professeurs pour compenser cette lacune, j’ai bien peur que nous ayons perdu notre filet. Mon seul souhait, maintenant, est que lorsque la nouvelle école sera prête, la bibliothèque y occupera enfin la place qu’elle mérite.

Et que toutes les bibliothèques scolaires obtiennent l’attention et les ressources dont elles ont besoin. Pour le bien des enfants.

 

Evelyne Gauthier
Autrice, éditrice, ancienne présidente de l’Association des Écrivains Québécois pour la Jeunesse (2017-2019) et ancienne bibliothécaire bénévole à la CSSMI

[1] https://fondationalphabetisation.org/wp-content/uploads/2022/09/FPAL31_AlphaReussite5_Fiche_20220907.pdf

[2] http://www.education.gouv.qc.ca/references/indicateurs-et-statistiques/indices-de-defavorisation/

[3] http://www.education.gouv.qc.ca/eleves/lecture-a-lecole/bibliotheques-scolaires/

Les 5 plus grands mythes de l'écriture et de l'édition

Les 5 plus grands mythes de l’écriture et de l’édition (partie 1)

Les 5 plus grands mythes sur l’écriture et l’édition (partie 1)

Il existe de nombreux mythes et préjugés entourant l’écriture et l’édition. Et malheureusement, certains peuvent constituer un frein pour les aspirants auteurs qui n’osent peut-être pas se lancer. Certaines croyances persistantes contribuent à maintenir une image parfois romantique et déformée de la réalité des écrivains.

Voici parmi les 5 des plus grands mythes sur l’écriture et l’édition:

Mythe #1: Vous devez avoir un diplôme en littérature pour être un écrivain

Bien qu’un diplôme en littérature ou en création littéraire puisse être utile pour apprendre l’art de l’écriture et se familiariser avec différents styles et techniques, ce n’est pas une exigence pour être un écrivain.

Beaucoup d’écrivains n’ont pas de formation littéraire et ont appris par eux-mêmes en lisant, en écrivant et en obtenant les conseils des autres. Pour être auteur, il faut surtout avoir la passion et la motivation avant tout.

Mythe #2: La plupart des écrivains écrivent à temps plein

C’est généralement loin d’être le cas, car il est très difficile de vivre de sa plume, particulièrement au Québec où le marché est assez petit. Et considérant que l’auteur touche habituellement 10% du montant empoché pour chacun de ses livres vendus, cela fait bien peu, hélas.

De nombreux écrivains ont donc d’autres emplois (souvent à temps plein) et n’écrivent souvent que dans leurs temps libres. Et il est également vrai que tout le monde ne veut pas nécessairement en faire une carrière, car c’est un métier très exigeant.

Mythe #3: Les écrivains sont naturellement talentueux et n’ont pas à travailler pour être bons

Ce mythe est souvent perpétué par l’idée de « l’écrivain au talent inné ». Mais la vérité est que tous les écrivains, aussi talentueux soient-ils, doivent travailler dur pour s’améliorer.

Oui, pour être écrivain, il faut d’abord avoir du talent. Mais ce dernier n’est rien sans le travail. L’écriture peut être apprise et améliorée par la pratique, la lecture et surtout, la volonté de s’améliorer. Il faut du dévouement et de la persévérance, le talent seul ne suffit pas.

Mythe #4: Les écrivains ont absolument besoin d’un agent littéraire

Les agents littéraires sont utiles (voire essentiel) dans le marché anglophone ou dans le milieu cinématographique et télévisuel. Cependant, il n’est pas nécessaire d’en avoir un au Québec lorsqu’on œuvre dans le milieu littéraire. En fait, les auteurs québécois qui ont un agent sont assez rares.

Par ailleurs, l’auteur doit verser un pourcentage de ses revenus à son agent. Puisque les auteurs tirent déjà peu de revenus de leurs livres en général, il est peu relativement intéressant pour les auteurs d’avoir un agent, du moins au Québec.

Mythe #5: Passé un certain âge, il est trop tard pour se lancer dans l’écriture

L’écriture est une activité qui peut être exercée à tout âge. Plusieurs écrivains n’ont commencé à écrire que tard dans la vie, parfois seulement à la retraite, même. Pourtant, ils ont prouvé que l’âge n’était pas un obstacle, bien au contraire. On n’est jamais trop vieux pour apprendre et développer de nouvelles compétences. Le désir de raconter une histoire ou de s’exprimer ne se limite pas à un groupe en particulier.

En outre, de nombreux écrivains plus âgés ont des expériences de vie et des points de vue uniques . Il n’est donc jamais trop tard pour commencer à écrire, et l’âge ne devrait jamais être un facteur limitant dans la poursuite de votre objectif.

 

En conclusion, il existe de nombreux mythes sur l’écriture et l’édition de livres qui peuvent nuire aux aspirants écrivains. Il est important de déboulonner ces mythes et d’aborder l’écriture avec un esprit ouvert, une volonté d’apprendre et de la motivation.

La réalité est que l’écriture, bien que passionnante et enrichissante, nécessite des efforts, de la patience et du dévouement. En connaissant mieux le milieu littéraire, les écrivains en herbe peuvent se rapprocher de leurs objectifs et faire leur marque dans ce merveilleux monde.

 

Comment écrire des personnages authentiques

5 trucs pour écrire des personnages authentiques

Comment écrire des personnages authentiques dans un roman?

Tout d’abord, qu’est-ce qu’un personnage authentique? C’est un protagoniste crédible, qui semble cohérent et surtout, réel aux yeux du lecteur. Car c’est par les personnages que votre histoire va prendre une dimension humaine et que vous irez chercher les émotions de vos lecteurs. Ils donc sont fondamentaux. Et leur authenticité est primordiale.

Ensuite, pourquoi écrire des personnages authentiques? Parce que cela aide à créer un sentiment de réalisme et de crédibilité dans l’histoire. Et parce que les chances que les lecteurs soient touchés par les personnages et s’intéressent à leur sort sont plus élevées.

Voici donc quelques conseils pour vous aider à créer des personnages réalistes, vraisemblables et donc… authentiques:

1. développez vos personnages en détail

Avant de commencer à écrire, prenez le temps de réfléchir au passé, à la personnalité et aux motivations de vos personnages. D’où viennent-ils? Quelles expériences les ont façonnés ? Quels sont leurs traits de caractère? Qu’est-ce qui les motive à agir comme ils le font ? Plus vous aurez passé de temps à développer vos personnages avant de vous atteler à l’écriture de votre roman, plus il sera facile de les écrire de manière authentique.

Faire un plan ou une carte mentale pour votre personnage peut vous aider.

2. ayez des personnages imparfaits

Dans la vie, personne n’est parfait, nous avons tous des défauts et des qualités. Et pour que vos personnages aient la complexité d’une personne réelle, ces derniers ne doivent pas être parfaits. Ils doivent avoir des défauts et des faiblesses. Et surtout, ils doivent commettre des erreurs. Comme nous tous.

Sinon, ils sembleront désincarnés et le lecteur risque de ne pas s’attacher à eux. Ou encore, ils ne rencontreront aucun défi significatif et tout sera facile pour eux, ce qui pourrait devenir ennuyeux pour le lecteur. Donner à vos protagonistes des défauts et des failles les rend plus humains.

Écrire des personnages authentiques

3. “Montrer, ne pas dire”

Ah… la fameuse méthode “Show, don’t tell” dont on parle tant! Mais que signifie-t-elle? Cela veut dire qu’au lieu de parler au lecteur des traits de votre personnage, montrez-le en action dans une scène concrète pour montrer ce trait. Donc, montrez cela à travers les actions, les dialogues et les comportements du protagoniste.

Lorsque vous présentez vos personnages, ne vous contentez pas de dire : “Christophe était un être colérique”. Illustrez ce trait de caractère par une scène.  Montrez le personnage en train de se fâcher pour une broutille. Utilisez les émotions et les sens. Décrivez comment il sent la pression monter dans son corps, ou son cœur battre à toute vitesse.

4. Évitez les stéréotypes et les clichés

Évitez de vous fier à des stéréotypes ou à des clichés lors de la création de vos personnages.

Qu’est-ce qu’un stéréotype? Un cliché ou un stéréotype, par définition, est quelque chose qu’on a vu et lu des centaines, voire des milliers de fois. Il s’agit d’une « notion ou d’une description ultra-simplifiée. […] Ils peuvent être positifs ou négatifs, mais on préfère les éviter en fiction*». Quant au cliché, il s’agit d’une idée, d’une expression ou d’un concept qui a été très (voire trop) utilisé jusqu’à devenir une banalité.

En voici quelques exemples de stéréotypes ou de clichés :

  • Le pauvre orphelin qui va se découvrir un destin extraordinaire;
  • L’élu(e) d’une prophétie qui va changer ou sauver le monde;
  • Le maigrichon à lunettes nerd ou geek.

Fréquemment, leur emploi dénote soit une absence d’imagination, soit un manque de connaissance, soit de la paresse. Et, malheureusement, les clichés rendent généralement un récit prévisible. Rendez donc chaque personnage unique et complexe pour éviter qu’ils soient clichés ou stéréotypés.

5. ayez des personnages variés et diversifiés

Tenez compte de la variété et de la diversité de vos personnages. Cela peut vous aider à créer des personnages plus authentiques et nuancés qui reflètent le monde réel.

Il y a plusieurs façons d’arriver à exprimer une certaine diversité. En ayant des protagonistes de différents genres, groupes ethniques, religions, orientations sexuelles ou âges, par exemple.

Également, assurez-vous que chaque personnage est unique et irremplaçable. Les protagonistes ne doivent pas tous parler de la même façon ni agir de la même façon. Dans la vraie vie, chaque personne a des réactions différentes. Il faut donc s’assurer que chaque personne ait un comportement différent, unique.

En suivant ces conseils, vous pouvez créer des personnages authentiques et crédibles auxquels vos lecteurs s’attacheront.

 

Vous souhaitez aller plus loin? Faites un tour à la boite à outils de l’auteur!

 

Crédit photos: Prostock-studio, Shutterstock.

 

7 péchés capitaux

7 péchés capitaux à éviter dans votre manuscrit

7 péchés capitaux à éviter dans votre manuscrit

En moyenne, 95% à 99% des manuscrits soumis aux éditeurs sont refusés. Ces chiffres peuvent sembler terribles. Comment les éditeurs peuvent-ils rejeter autant de textes? Il faut d’abord être conscients du fait qu’ils reçoivent des centaines et parfois, des milliers de manuscrits.

Or, ils ne peuvent en publier que quelques dizaines. Quelques centaines s’il s’agit d’une grosse maison d’édition. De ce fait, seule une petite fraction des textes est retenue. Les éditeurs ne vont ainsi publier que les meilleurs textes. Et contrairement à certaines croyances, ils ne publient pas uniquement des auteurs connus ou ceux qui ont des contacts dans le milieu.

La qualité du texte demeure LE critère le plus important, car au final, c’est ce qui reste entre les mains du lecteur.

Voici les erreurs qui sont non seulement les plus répandues, mais vont presque assurément vous garantir un refus. Les 7 péchés capitaux à éviter dans votre manuscrit si vous souhaitez être publiés.

 

1. Avoir un texte rempli de fautes

ErreursVous n’avez pas idée du nombre de manuscrits bourrés de fautes que les éditeurs reçoivent et rejettent à vitesse grand V. C’est que malheureusement, plusieurs ne maîtrisent même pas les bases de l’orthographe et de la grammaire.

Plusieurs ignorent aussi les notions élémentaires de construction de phrase, telles que “sujet + verbe + complément” ou “proposition principale + proposition subordonnée”. Certains écrivent aussi des phrases trop longues, compliquées et confuses.

Cette affirmation peut paraître choquante, mais il est important de le répéter, car c’est une cause majeure de refus. Si votre ouvrage n’est pas sufisamment bien écrit, l’éditeur ne se rendra même pas jusqu’à la fin. Il n’y a rien de plus désagréable que de lire un manuscrit et de buter sur des fautes à chaque phrase.

Donc, n’hésitez pas à jeter un coup d’œil dans votre dictionnaire ou votre Bescherelle. Vérifiez la conjugaison des verbes, l’accord des participes passés, mais aussi l’orthographe, le sens des mots et les locutions dans lesquelles on l’emploie. Revérifiez vos règles de grammaire.

Et si ce n’est pas dans vos forces, faites corriger votre texte par quelqu’un de compétent.

 

2. Avoir des dialogues problématiques

Dans les œuvres de fiction, ils occupent une place essentielle. Malheureusement, certains sous-estiment leur impact et pensent qu’écrire des dialogues signifie simplement rédiger ce que les personnages racontent sans trop se poser de questions.

Mais c’est plus complexe que ça. Car des mauvais dialogues peuvent ruiner un manuscrit. Leurs défauts les plus communs?

a) Ils sont ennuyeux ou banals

Hélas, les sujets de certains dialogues sont tout simplement sans intérêt. En général, ceux-ci portent sur des banalités de la vie quotidienne: des salutations, des échanges de politesse, le menu du souper, la description du film préféré d’un personnage, des remerciements, des commentaires sur la haie de cèdres du voisin, etc.

En fiction, un dialogue doit avoir un but, dévoiler quelque chose d’important. Il sert à faire avancer l’histoire. Il doit, soit: 1) apporter une information importante; 2) créer de l’émotion; 3) susciter une réflexion. Il faut donc éviter les répliques superflues et vides de sens, qui ne mènent nulle part. Un exemple?

– Passe-moi le sel, s’il te plaît.

– Voilà.

– Merci.

b) Ils sont confus ou difficiles à comprendre

Un autre problème que l’on rencontre parfois est le manque d’information. Certains dialogues sont formés de longues successions de répliques, sans la moindre précision. Le lecteur devient confus et ne sait plus qui parle (surtout s’il y a plus de deux protagonistes), ni sur quel ton se tient la conversation, ni ce que font les personnages pendant la conversation, ni leur état d’esprit. Il n’arrive donc plus à bien comprendre ce qui se passe.

Pourtant, ces informations sont cruciales pour que le lecteur parvienne non seulement à bien suivre la conversation, mais aussi à comprendre ce que font et pensent ses acteurs.

Entrecouper les répliques, de temps à autre, de courts passages narratifs avec des précisions sur un ou plusieurs de ces aspects peut grandement contribuer à rendre ceux-ci bien plus clairs.

c) Ils manquent de naturel

Sans qu’il soit nécessaire d’écrire des dialogues exactement comme on parle dans la vie de tous les jours, il est recommandé d’adopter un style s’en rapprochant.

Parfois, certaines répliques semblent trop “écrites” ou “littéraires” et donc, trop éloignées du langage verbal et peu naturelles. En anglais, on les appelle les dialogues on-the-nose. C’est-à-dire qu’ils “communiquent exactement ce que les personnages pensent, avec peu ou pas de subtilité ou de sous-texte”*. Or, les gens parlent rarement de cette façon.

Par exemple:

– Je suis tellement furieux que tu n’aies pas respecté mes sentiments profonds hier soir!

Peu de gens s’expriment réellement ainsi. Certaines répliques, rédigées de manière presque trop léchées, sonnent faux. Également, des répliques de dialogues trop longues, s’apparentant à des monologues, enlèvent du dynamisme à la conversation en plus de paraître artificiels.

 

3. avoir une quête ou des enjeux mal définis ou inintéressants

Dans toute œuvre de fiction, le ou les protagonistes doivent avoir une quête, un but. Cet objectif à atteindre doit être clair pour le lecteur et surtout, important. Et si le personnage échoue dans sa quête, il doit y avoir des conséquences, c’est-à-dire des enjeux.

Or, certains textes ont une quête vague et les répercussions en cas d’échecs sont encore plus vagues, voire inexistantes. Le personnage doit ardemment désirer quelque chose et il doit y avoir des conséquences s’il ne parvient pas à ses fins. Sinon, il n’y a pas de péripéties. Et s’il n’y a pas de péripéties, il n’y a pas d’histoire.

Malheureusement, dans plusieurs manuscrits, il manque de quêtes et d’enjeux clairs ou intéressants. Cela fait en sorte qu’on lit le texte sans trop savoir où il s’en va, on tourne en rond et on finit par décrocher.

 

4. Avoir des personnages de carton-pâte

PersonnagesUn autre aspect souvent sous-estimé par les auteurs en herbe. Les personnages sont une composante aussi essentielle que l’histoire elle-même. C’est par eux que tout passe et ce sont eux qui donnent vie au texte.

Malheureusement, pour certains auteurs, seule l’idée de départ, l’intrigue, est importante. Les personnages ne sont que des pions subordonnés à l’histoire et servent à faire avancer celle-ci. Leur rôle se borne à supporter les péripéties et rien d’autre.

Ils n’ont aucune personnalité, aucune motivation, aucune unicité, aucun passé, aucune émotion, aucune complexité, rien qui leur permette de se démarquer. Bref… des personnages en carton-pâte.

Le lecteur se retrouve donc devant des protagonistes fades, sans saveurs, qui n’attirent pas sa sympathie ni son attention. On pourrait les changer par d’autres personnages sans que cela affecte quoi que ce soit dans l’histoire.

Or, les personnages, pour bien jouer leur rôle, doivent être irremplaçables et uniques. Sinon, le lecteur ne s’intéressera probablement pas à leur sort, et ce, même si l’intrigue est intéressante.

 

5. avoir des incohérences ou des erreurs factuelles

Malheureusement, certains auteurs ne font pas de relecture ni de vérification quant au contenu de leur livre. De ce fait, ils ne s’aperçoivent pas que leur manuscrit contient des fautes sérieuses.

L’éditeur se retrouve ainsi avec des textes contenant de nombreuses incohérences. Par exemple, un personnage, dont on dit qu’il a été trouvé mort étranglé est soudainement mort empoisonné 50 pages plus loin.

Ou encore, un personnage présenté comme pas particulièrement brillant, dans la situation initiale, devient subitement intelligent sans raison dès que l’élément déclencheur est passé et qu’on entre dans les péripéties. Et ce, sans raison logique ou valable.

Certains auteurs font peu (ou pas) de recherches sur les sujets qu’ils abordent dans leur texte. De ce fait, on y retrouve donc des erreurs factuelles parfois importantes. Les incohérences ou les erreurs de faits peuvent miner grandement la crédibilité du texte. Après tout, même si un roman demeure de la fiction, on veut qu’il soit réaliste ou du moins, crédible jusqu’à un certain point.

 

6. Manquer d’originalité

Il est possible que vous ayez lu un livre ou vu un film qui vous a inspirés. Ou que vous remarquiez ce qui est à la mode. Il n’y a rien de mal là-dedans. Il n’est pas rare que les artistes s’inspirent, jusqu’à un certain point, de ce que font les autres. Il est possible aussi que vous ayez tout simplement eu un flash, une idée qui vous semblait brillante.

Le problème de plusieurs auteurs (surtout s’ils en sont à leurs débuts) est qu’ils n’ont souvent pas lu beaucoup. Ou du moins, pas lu beaucoup des oeuvres du genre dans lequel ils veulent se lancer.

Hélas, sans le savoir, l’auteur va peut-être écrire la même histoire déjà vue des milliers de fois, de la même façon, sans rien apporter de nouveau. Des histoires de vampires, des histoires de mondes dystopiques cruels, des histoires de tueurs en série, par exemple.

Rappelez-vous: les éditeurs reçoivent des milliers de manuscrits. Si, par exemple, les romances fantastiques ont la cote, ils en auront déjà reçu des dizaines, voire des centaines.

Il est donc impératif de vous démarquer, d’être original. Oui, vous pouvez écrire un manuscrit dans un genre trendy ou un type d’intrigue populaire. Mais vous devez trouver une façon de vous démarquer des autres en apportant quelque chose de nouveau. Ça peut être par les personnages, le style d’écriture, le contexte ou autre chose. Bref, comme les anglos disent: same but different.

 

7. Être ennuyeux

EnnuyeuxS’il y a un péché capital par excellence, c’est sans doute celui-là. Les autres défauts, s’ils ne sont pas trop importants, peuvent être pardonnés, car il est souvent possible de les corriger.

Mais être ennuyeux est un défaut impardonnable pratiquement à tout coup, car il s’arrange très difficilement et va teinter le manuscrit du début à la fin. Même si votre texte est bien écrit, que vos personnages sont sympathiques, si on s’ennuie ferme en le lisant, on va décrocher.

Cela est généralement causé par l’un, voire plusieurs des péchés mentionnés ci-haut.

Une quête ou des enjeux sans intérêt; des conversations banales ou beaucoup trop longues; une quasi-absence de péripéties; des personnages unidimensionnels; une histoire prévisible de la première page à la dernière.

Les raisons pour lesquelles un manuscrit est ennuyeux sont nombreuses. Pour maintenir l’intérêt du lecteur, gardez en tête qu’il doit toujours y avoir un certain mystère dans votre histoire.

Et maintenant… à vos claviers!

 

Vous souhaitez aller plus loin? Faites un tour à la boite à outils de l’auteur!

 

*https://screencraft.org/blog/how-to-avoid-writing-on-the-nose-dialogue/

 

Crédits photo: Bublikhaus, Freepik; Anne Karakash, Pixabay; Macrovector, Freepik; Stockking, Freepik.