Guide de survie pour auteurs en salon du livre (prise 2)

Mon guide de survie pour auteurs en salon du livre semble avoir été très populaire et avoir rejoint pas mal de monde.

Cela dit, peu après la publication de celui-ci, je me suis rendue compte qu’il y avait encore des aspects à couvrir sur le sujet. Notamment parce que j’avais oublié certains détails et ensuite, grâce à la collaboration de mes aimables collègues auteurs qui m’ont suggéré quelques trucs supplémentaires (merci Dominic, Geneviève et Marie!).

Voici donc quelques ajouts.

Kit de survie (extras)

  • Bouteille de désinfectant instantané Purell (ou une autre marque)
  • Crème hydratante pour les mains
  • Une montre (ou autre appareil pour lire l’heure)
  • De l’argent liquide, en dollars et en monnaie (on ne sait jamais!)

Kit finances

Conservez toutes les factures des frais que vous avez engagés pour participer au salon. C’est-à-dire:

  • Frais de repas et de collation
  • Frais de transport (bus, auto, train, essence, kilométrage, etc.) et de stationnement
  • Frais d’hébergement

Ne faites pas comme moi et n’oubliez pas de demander vos factures de repas une fois sur deux. Et prévoyez une pochette, un sac ou n’importe quoi de pratique pour transporter et garder vos factures en lieu sûr.

Comme ceci, par exemple:

Note importante sur les factures et finances: sachez que certains éditeurs remboursent ces frais à leurs auteurs, mais pas tous. Certains versent un per diem, peu importe vos dépenses. Tous les frais non remboursés sont aussi déductibles d’impôts, à titre d’artiste. Donc, conservez-les!

Kit techno

Si vous avez un cellulaire, soyez prévoyants. Oui, vous pouvez le charger chaque jour, mais on ne sait jamais, vous pourriez être mal pris. Apportez donc:

  • un fil de recharge
  • un chargeur portatif  ou portable (aussi appelé bloc d’alimentation).

Ce petit bidule est une merveille! Il vous permet de recharger votre téléphone (ou votre tablette) partout et rapidement. Et une fois que votre téléphone est entièrement rechargé, débranchez le bloc d’alimentation rapidement. En plus, ce n’est pas très cher (entre 20$ et 80$ environ, tout dépendant de la qualité).

La plupart des commerces vendant du matériel électronique en ont sur leurs rayons.

Attention! Il faut charger le bloc d’alimentation régulièrement! Idéalement, pendant la durée de votre séjour, branchez-le tous les soirs avant de vous coucher. Pour voir ce que c’est, vous pouvez aller voir ici et ici.

Séances de signatures

  • Évitez d’avoir des séances de signature pendant les heures de diner et de souper. L’achalandage diminue considérablement. Profitez-en donc pour aller manger en même temps que tout le monde pour éviter de perdre du temps dans une salle à demi vide.
  • Pendant les matinées scolaires:
    • inutile de vous presser et d’arriver avant 9 h 30 et même 10 h. Les élèves entrent rarement dans le salon avant cette heure.
    • ne prévoyez pas de séances après 14 h (peut-être même 13 h). Les élèves doivent retourner à l’école, souvent par bus, pour être revenus à l’école vers 15 h-15 h 30. Ils quittent donc le salon une ou deux heures avant. Le salon va littéralement se vider à ce moment-là.
  • Préparez-vous un pitch de vente pour expliquer c’est quoi, l’histoire de votre livre. Ma suggestion est d’avoir une version longue (3-4 phrases, 45-60 secondes) et une version courte (1-2 phrases, max 30 secondes). Essayez d’être percutant. C’est sensiblement la même méthode que le truc du elevator pitch en vente. Vous pouvez en savoir plus ici (en anglais).
  • Vous avez fait votre pitch de vente à votre lecteur, celui-ci est intéressé, mais il hésite? Donnez-lui le signet de votre livre et inscrivez le numéro de votre kiosque au verso. Si votre lecteur, pendant son magasinage, décide finalement d’acheter votre livre, il retrouvera votre kiosque plus facilement.

Autres aspects à considérer

Les vendredis et samedis soirs, surtout au printemps, peuvent être hypothéqués s’il y a une partie de hockey et surtout si le Canadien fait les séries. Durant ces périodes, les salons se vident complètement. (Et non, ce n’est pas une blague…)

Vous voulez les conseils de mes deux billets dans un seul document? Voici le Guide de survie de l’auteur en salon, en version PDF téléchargeable! Et il vient avec un petit extra en plus!

Vous pouvez aussi consulter l’excellent site de mon collègue Dominic Bellavance, dont la section sur les salons de son billet 100 trucs pour faire la promotion de vos livres.

Bonne lecture et bon salon!

Crédit photo: Livreshebdo-Photo F.PIAULT/LH

Guide de survie pour auteurs en salon du livre

Il y a quelques années, en voyant l’insécurité de plusieurs auteurs qui en étaient à une de leur première expérience avec le Salon du livre de Montréal, en tant qu’auteur en séances de dédicaces, j’ai décidé de produire un petit guide de survie en salon pour les auteurs. Depuis 2001, j’ai été responsable de salons pour des éditeurs, puis auteure moi-même. J’en ai vu de toutes les couleurs, croyez-moi.

Le Salon du livre de Montréal (SLM pour les habitués) est le plus grand du Québec, avec ses 120 000 visiteurs (dont 20 000 élèves), 880 maisons d’édition, 400 animations et tables rondes et 2400 séances de dédicaces. Il y a de quoi impressionner.

Il vaut mieux être bien organisé, car passer une ou plusieurs journées à faire des séances de dédicaces et peut-être des animations dans un salon du livre, surtout s’il est grand, peut s’avérer une expérience agréable et enrichissante, mais épuisante et éreintante.

Depuis mon dernier guide de survie, j’ai eu le temps de réfléchir à de nouveaux trucs et conseils. Je vous en livre plusieurs, mais cette fois, j’y ai ajouté des nouveaux qui vous seront utiles pas juste pendant le salon, mais aussi avant.

Un à deux mois avant le salon

Lorsque vous préparez vos séances de dédicaces

  • N’oubliez pas d’avertir votre éditeur de votre intérêt pour un salon. N’attendez pas qu’il le fasse, car certains oublient ou ne proposent pas automatiquement des dédicaces à tous leurs auteurs.
  • Allez fouiner régulièrement sur le site de l’AQSL pour voir les dates butoirs des salons, dans la section Agenda de l’exposant. Ça vous évitera de passer tout droit. Vous pouvez aussi demander à être inscrit sur la liste d’envoi du Bulletin Liaison, qui tient les éditeurs au courant de ces dates.
  • Lorsqu’un éditeur vous demande vos disponibilités, ne lui dites pas que vous êtes disponible mur à mur. Sinon, certains vont réellement vous donner des séances de 9 h à 9 h et vous risquez de trouver cela très épuisant.
  • Prévoyez des blocs de dédicaces ni trop longs ni trop courts. Entre 1 heure et 3 heures à la fois. Pas plus. Si c’est trop long, vous risquez soit de vous ennuyer, soit d’être fatigué. Surtout si vous en êtes à vos premières armes et avez peu de lecteurs. Passer des heures assis à une table sans qu’on nous parle ou même qu’on nous regarde peut être très dur pour l’égo. Vaut mieux prévoir des séances de courte durée et prendre des pauses régulièrement.
  • Si vous avez plusieurs éditeurs, donnez vos disponibilités en blocs à ces derniers lorsqu’ils vous les demandent, pour éviter d’être surbookés. Ex: Donner le jeudi, de 9 h à 12 h à l’éditeur A et de 13 h à 16 h à l’éditeur B. Vendredi, de 9 h à 12 h à l’éditeur C et de 13 h à 16 h à l’éditeur D. Et ainsi de suite.
  • Si possible, prévoyez entre 15 et 30 minutes minimum entre vos différentes séances, surtout si vous devez changer de kiosque. Gardez-vous un peu de temps pour aller à la salle de bain, prendre quelque chose à grignoter, etc. Les déplacements peuvent être infernaux en salons, surtout à Montréal.
  • Prévoyez au moins une heure de pause pour les repas principaux, comme le dîner et/ou le souper. Cela vous donnera le temps de trouver où et quoi manger, de faire la file s’il y en a une, de payer votre repas, de manger sans vous presser, d’aller aux toilettes et peut-être de faire une autre course, si cela s’avère nécessaire. Croyez-moi, le temps passe très vite et on ne sait jamais de quoi on peut avoir besoin.
  • Vous êtes auteur jeunesse? Visez les matinées scolaires. Vous êtes auteur adulte? Visez le vendredi soir et la fin de semaine. Et bien sûr, rien ne vous empêche d’être là aux deux. Sachez que les plages les plus populaires sont les samedi et dimanche, de 12 h à 17 h. Parfois, elles sont réservées aux auteurs vedettes ou à ceux qui viennent de sortir une nouveauté. Et parfois, c’est premier arrivé, premier servi.

Quelques jours avant le salon

On ne le soupçonne pas, mais être dans un salon du livre est exigeant, fatigant, difficile. L’air y est souvent sec, il y a beaucoup de poussière, des tapis, l’éclairage est cru, le bruit y est presque constant, et la température peut y être très chaude lorsqu’il y a foule ou très fraîche lorsque les visiteurs partent.

Bref, après plusieurs heures, on est souvent brûlés, assoiffés, avec les yeux irrités et la gorge sèche. Sans compter que l’on mange parfois sur le pouce (et souvent mal), qu’on a du mal à se souvenir de nos horaires, qu’on ne se rappelle plus dans quel kiosque on doit se rendre, etc. Il y a tout de même moyen de se préparer pour mieux y survivre.

Il est bon d’être prévoyant et d’apporter certaines choses. Je les ai classées par catégories.

Kit de survie

Celui-ci devrait comprendre:

  • Une bouteille d’eau, réutilisable, idéalement;
  • Des gouttes pour les yeux;
  • Un baume pour les lèvres;
  • Une ou des collations;
  • Des pastilles, des bonbons ou de la gomme;
  • Des Tylenols ou des Advils;
  • Votre horaire de dédicaces, avec no. de kiosque, glissé dans votre cocarde.

Kit de base

Ceci est ce que vous devriez apporter pour vos séances de dédicace:

  • Des crayons et stylos, en plusieurs exemplaires (vous seriez surpris de voir le nombre d’auteurs qui les oublient!);
  • Des signets (assurez-vous de toujours en avoir, car certains éditeurs n’apportent pas tout ou pas en quantité suffisante!);
  • Des affiches (si vous en avez);
  • Des élastiques (pour les signets et affiches);
  • D’autre matériel promo, si vous en avez (carte professionnelle, carte postale promo, etc.);
  • Si vous avez de bonnes ventes, qu’il vous est arrivé d’écouler tous vos stocks et que vous avez des exemplaires de vos livres chez vous, vous pouvez en apporter, si ce ne n’est pas trop encombrant. Parfois, c’est utile (mais pas toujours!). Certains éditeurs ou libraires vont les prendre pour les vendre, mais là aussi, pas toujours. Idéalement, il vaut mieux leur en parler avant et éviter de traîner des livres pour rien.

Kit de vêtements

Étant donné que la température des salons varie énormément selon l’achalandage et l’endroit où vous êtes placés, habillez-vous en plusieurs couches. Prévoyez donc:

  • Une chemise ou un chandail léger, à manches courtes;
  • Une veste, un veston ou un chandail plus chaud;
  • Vos lunettes, si vous en portez (évitez les lentilles cornéennes, ça risque de devenir vite inconfortable);
  • Bottes et manteaux légers, si possible. L’espace de rangement est restreint dans les kiosques et l’attente est parfois longue pour le vestiaire;
  • Des chaussures confortables, pour la marche.

Note: Si vous désirez être élégant.e pendant votre dédicace, vous pouvez apporter des souliers chics à talons hauts. Mais prévoyez aussi des chaussures de marche, car vous risquez de vous retrouver avec les pieds en compote à la fin de la journée.

Trucs divers

La plupart des salons ont un espace pour les exposants, situé en retrait, souvent près de celui prévu pour les bénévoles. Ces lieux sont plus tranquilles et moins achalandés. On peut souvent s’y asseoir pour se reposer. Parfois, on y trouve des grignotines, des collations et des boissons. Si vous n’en connaissez pas l’emplacement, demandez à des auteurs expérimentés, à votre éditeur ou aux bénévoles et employés du salon. Quelqu’un finira bien par vous donner la réponse.

Essayez toujours d’arriver d’avance au salon, si possible. Les places de stationnement sont parfois très loin, la marche du métro jusqu’à votre kiosque peut être longue, il peut y avoir de l’attente pour obtenir votre cocarde à l’accréditation ou une file au vestiaire, la foule peut être monstre et vous ralentir. Bref… ne soyez pas à la dernière minute et gardez-vous une marge de manoeuvre pour les déplacements.

Idéalement, lorsque vous arrivez sur place, essayez de repérer les commerces et restaurants qui se trouvent autour. Cela pourrait vous être utile.

Entre vos séances, essayez de sortir un peu à l’extérieur. Prendre l’air, ça fait toujours du bien.

M.À.J. 5 novembre: Après la publication de ce billet, je me suis rendue compte qu’il y avait encore des aspects à couvrir sur le sujet. Notamment parce que j’avais oublié certains détails et ensuite, grâce à la collaboration de mes aimables collègues auteurs qui m’ont suggéré quelques trucs supplémentaires

J’ai donc rédigé un second billet sur le sujet que vous pouvez consulter ici.

Vous voulez les conseils de mes deux billets dans un seul document? Voici le Guide de survie de l’auteur en salon, en version PDF téléchargeable! Et il vient avec un petit extra en plus!

Vous pouvez aussi consulter l’excellent site de mon collègue Dominic Bellavance, dont la section sur les salons de son billet 100 trucs pour faire la promotion de vos livres.

Voilà! Bon salon!

Crédit photo: Jean-Guy Thibodeau, Nightlife.ca